miércoles, 15 de febrero de 2012

Visita a Argelia:Garcia Margallo apoya las reformas políticas de Argelia ante Medelci y una solución política que contemple la autoderminación para el Sáhara Occidental. La prensa no recoge la recepción del presidente argelino Buteflika a Margallo y Soria.

García Magallo aseguró en esta visita  que los cooperantes secuestrados de Tinduf están vivos y apoyó por un lado  una solución política  que contemple el derecho de autodeterminación para el Sáhara Occidental y por otro defendió el acuerdo de Pesca UE-Marruecos. Por otra parte apoyó las reformas políticas en Argelia  y la convocatoria de elecciones libres y transparentes para el dia 10 de mayo. Pese a hablar del tema de la seguridad en el Sahel se ha abstenido de pronunciar la palabra Marruecos y emplazó de una forma genérica a colaborar los países afectados, Europa y "otros". Es sorprendente que ni en la prensa española ni en la argelina  aparezca nada sobre la recepción prevista de Buteflika a los ministros españoles.


M. José Manuel Garcia Margallo, ministre espagnol des AE Les réformes politiques engagées sont  «exemplaires»Mourad Medelci : «Une chambre de commerce commune avant la fin de 2012»

Le chef de la diplomatie espagnole a qualifié, hier, les réformes politiques engagées par le Président de la République M. Abdelaziz Bouteflika, d’«exemple pour les pays de la région qui ont souffert de troubles politiques importantes».
 M. José Manuel Garcia Margallo, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse co- animée avec son homologue algérien, Mourad Medelci, a affirmé que «l'Espagne salue les réformes engagées en Algérie qui aboutiront aux élections législatives du 10 mai et qui se poursuivront par une révision  de la Constitution». 
 Affichant un enthousiasme et une volonté d’aller au-delà du potentiel existant, le ministre espagnol a également appelé à «intensifier les relations bilatérales» et fait part de «la tenue d’un sommet au mois d’avril prochain auquel prendra part l’Algérie, évidemment, et d’autres pays africains». Une autre rencontre qu’abritera Bruxelles traitera des relations entre l’Algérie et les pays de l’Union européenne et les perspectives à l’horizon 2021.
Pour sa part, Mourad Medelci a mis en exergue le fait que «les relations économiques et culturelles entre l’Algérie et l’Espagne sont excellentes. Aussi, dans le futur, on axera nos discussions sur l’aspect politique».
L’objectif est double. Pour l’Algérie, précise M. Medelci, il s’agit de développer l’industrie hors hydrocarbures et en devenir exportateur. L’Espagne quant à elle «exportera de biens et services dans une conjoncture économique très difficile». Les deux pays redoublent d’efforts «pour identifier une nouvelle coopération diverse. Mon souhait est de voir les entreprises et le produit espagnols de plus en plus chez nous». Explicite, le chef de la diplomatie fera savoir que «l’Algérie développera ses énergies renouvelables et bénéficiera de l’expérience touristique espagnole qui est un bon model à suivre». A propos du dossier énergétique, M. Medelci affirme qu’un «mémorandum est finalisé et sera signé dans les meilleurs délais. Et l’Algérie souhaite que sa présence soit mieux rassurée». Outre ces secteurs, M. Medelci indique que les deux pays ont «d'abord décidé de consolider l'existant qui est déjà important, car la place de l'Espagne est importante dans le domaine de l'énergie et elle est importante dans les volets hors hydrocarbures très sensibles comme l'agro-industrie,  la pharmacie et le dessalement d'eau de mer».
Rappelons que l'Algérie et l'Espagne sont liées par un traité d'amitié, de coopération  et de bon voisinage signé le 8 octobre 2002, dont le dixième anniversaire sera célébré cette année. Le volume global des échanges commerciaux entre les deux pays avait  atteint en 2010 un montant de 8,64 milliards de dollars et les statistiques des neuf premiers mois de l'année 2011 confirment l'Espagne comme troisième  client et quatrième fournisseur de l'Algérie.
Lors de la séance des questions/réponses, M. Medelci a affirmé que l’Algérie n’a jamais appelé à aucun changement relatif au démantèlement tarifaire qui le lie avec l’Union européenne. «On a juste demandé de le revoir afin de permettre à l’Algérie d’atteindre un meilleur niveau de compétition.»
Pour ce qui est du gel des accords de pêche conclus avec le Maroc, qui incluent les eaux territoriales du Sahara occidental, le ministre espagnol a indiqué que «l’accord, signé contre l’avis du Parlement européen, entre en vigueur prochainement».
Sur la situation au Sahel, M. Medelci a rappelé que la lutte contre le terrorisme «concerne principalement les pays du champ, lesquels ont besoin des autres pays qu’ils soient européens ou autres». Parmi les pays du vieux continent, l’orateur cite l’Espagne «qui était avec nous et sa position était courageuse».
Quant au phénomène de l’émigration clandestine, il dit que les deux pays «maîtrisent comme il se doit la situation». Les accords signés «sont appliqués à la lettre et les deux parties sont satisfaites». Lui emboitant le pas, M. Margallo a signifié qu’«il y a une grande coopération à même de contrôler ce phénomène». En guise d’arguments, il souligne que l’immigration clandestine a baissé de plus de 20% l’année dernière par rapport à 2010.
Répondant à une question relative au modèle à suivre par l’Espagne quant à l’immigration, l’hôte de l’Algérie indique que la politique espagnole n’a pas de nom précis. «L’Espagne souhaite contrôler l’immigration illégale, encadrer celle légale et renforcer les liens avec les pays d’où viennent les immigrés», soutient-il.
Fouad IRNATENE
“Une Chambre de commerce commune avant la fin de 2012”
Dans le cadre d’une future coopération bilatérale plus soutenue, une Chambre de commerce algéro-espagnole sera mise en place avant la fin de l'année 2012, a déclaré M. Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères. «Nous sommes convenus de mettre en place, avant la fin de l'année en  cours, une Chambre de commerce commune», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue espagnol, M. José Manuel Garcia Margallo, à l'issue d'une séance de travail. Le chef de la diplomatie a annoncé également, sans donner de détails, la tenue, durant le second semestre de 2012 à Alger, d'une réunion mixte de haut niveau.
F. I.
Le ministre espagnol et le problème du Sahara Occidental :
“L'Espagne adopte une attitude constructive pour une solution  politique juste”
 «L’Espagne soutient une solution politique au conflit du Sahara occidental garantissant le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination», a tenu à préciser M. Margallo, expliquant que «L'Espagne adoptera une attitude constructive pour une solution  politique juste et durable sur la question du Sahara occidental».
Selon l’hôte de l’Algérie, «le gouvernement espagnol plaide pour une solution mutuellement  acceptable (par les parties en conflit, Maroc et Front Polisario) et pour l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément aux principes et à la Charte de l'ONU et sur la base du rapport de l'envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental».
Fuente: El Moudjahid

wshrw.org » Noticias

Archivo del blog