jueves, 1 de marzo de 2012

Partidos políticos argelinos saludan la constitución de la comisión que supervisará las eleciones de mayo. Muestran su satisfacción por la implicación de los jueces en la limpieza y transparencia de los comicios.

 Après l’installation de la commission de supervision des élections : Les partis satisfaits de l’implication des magistrats
Les représentants des partis ont salué la mise en place de cet organe pour garantir la transparence du processus électoral, tandis que d'autres ont préféré attendre la fin pour se prononcer.De nombreux représentants et présidents de partis politiques se sont dits hier satisfaits de l'implication des magistrats dans la supervision des élections législatives, y voyant une garantie supplémentaire de la transparence du scrutin, mais d'autres ont préféré attendre le résultat de leur travail sur le terrain.
Les représentants des partis ont salué la mise en place de cet organe pour garantir la transparence du processus électoral, tandis que d'autres ont préféré attendre la fin pour se prononcer. La commission constitue un soutien aux partis politiques qui surveilleront  de leur côté le processus électoral dans le cadre d'une commission nationale  de surveillance, ont estimé des formations, alors que d'autres perçoivent en la multitude des commissions une possibilité d'interférence des prérogatives.
L'ensemble des partis présents à la cérémonie d'installation se sont donc félicités de l'implication des magistrats dans la supervision des élections, sachant qu'il s'agit d'une des revendications exprimées devant l'instance de consultations mise en place pour recueillir les propositions des différentes parties de la classe politique et de la société civile sur les réformes politiques.
A cet effet, le représentant du Parti des travailleurs, M. Taâzibt Ramdane, a indiqué que «toutes les parties concernées par le déroulement des prochaines législatives ont la lourde responsabilité de permettre au citoyen de s'exprimer en toute  souveraineté et choisir ses représentants à l'Assemblée populaire nationale (APN)».
 Il rappelé que le Président de la République avait souligné, dans son discours du 23 février, que les élections de 2012 étaient différentes des élections précédentes, qu'elles étaient cruciales et qu'elles intervenaient dans un contexte de pressions  et de menaces d'ingérence dans les affaires internes de l'Algérie, estimant que la question de la transparence des prochaines législatives  revêt une importance capitale. M. Taâzibt a rappelé que son parti a demandé à ce que le processus électoral soit encadré par des magistrats avec les représentants des partis politiques sous la coupe d'une seule commission présidée par un magistrat.
Il a cependant émis des réserves sur le nombre des membres de la commission qui, selon lui, pouvait être source de confusion.  
Il a par ailleurs souhaité que les membres de cette commission ne subissent pas les pressions de ceux qui ont l'habitude d'agir de la sorte  avec l'Administration. L'avenir du pays est en jeu, a-t-il insisté, ajoutant qu'il appartenait à tout un chacun d'assumer son entière responsabilité maintenant que le Chef  de l'Etat a affirmé sa volonté politique pour des élections démocratiques.
De son côté, le représentant du Rassemblement national démocratique (RND), M. Abdeslam Bouchouareb, a souligné que cette commission constituait la meilleure garantie de transparence des prochaines élections, ajoutant qu'aucune  élection, en Algérie ou dans un autre pays, n'a été déjà entourée d'autant de garanties susceptibles de leur conférer transparence et régularité.
De son côté, la représentante du parti du Front de libération nationale  (FLN), Mme Habiba Bahloul, a souligné que l'installation de cette commission  était susceptible de conférer aux élections la régularité et la transparence attendues de tous.
Quant au président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), M. Bouguerra Soltani, celui-ci a affirmé que la revendication de son parti d'une supervision judiciaire du processus électoral s'est concrétisée sur les plans théorique et politique, ce qui signifie que la volonté réelle du Président de la République d'ouvrir le jeu a pris forme au niveau du discours politique. Il a ajouté que le MSP souhaite que cette commission joue pleinement son rôle pour faire honneur à l'Algérie relevant cependant certaines lacunes consistant, selon lui, en l'absence d'outils juridiques pour définir les prérogatives  de la commission et dissuader quiconque s'avise de se jouer de la volonté du peuple. Il a rappelé à cet effet que le Président de la République à promulgué une ordonnance définissant les prérogatives des commissions de supervision et de surveillance, ainsi que celles des commissions des wilayas, des élus et des partis.
Le secrétaire général du mouvement En-Nahda, M. Fateh Rebiai, a estimé que la relance des commissions électorales et la présence des représentants de partis aux travaux des commissions de commune et de wilaya, à la collecte des procès-verbaux de dépouillement et l'annonce des résultats, sont de nature à conférer davantage de transparence aux élections.
Par ailleurs M. Rebiai a souhaité que l'implication des magistrats  dans la supervision judiciaire du processus électoral mette fin au monopole  de l'Administration qui se rend souvent coupable d'abus. Il a estimé que la justice qui constitue un soutien pour les partis,  doit relever le défi pour consolider son indépendance vis à vis de l'Exécutif. Pour M. Rebiai, le renforcement des prérogatives de la justice  et de la commission de surveillance ainsi que la présence des représentants  de partis tout au long du processus électoral dotent les partis politiques d'atouts  majeurs pour convaincre le peuple de voter.
Le président du Front National Algérien (FNA), M. Moussa Touati a déclaré  que cette commission empêchera la fraude notamment à la faveur des nouveaux  procédés d'élections affirmant que le succès de la mission de supervision restait  tributaire de sa relation avec l'Administration. Selon lui, la mise en place de cette commission n'influera pas sur le  taux de participation qui reste lié, a-t-il soutenu, à la confiance des  citoyens qu'il faut rétablir en redonnant le pouvoir au peuple. Pour sa part, le secrétaire général du mouvement d'Entente nationale,  M. Ali Boukhazna a indiqué que la commission des magistrats est un mécanisme qui se substitue à l'Administration en matière de supervision des élections. Si les magistrats font preuve de neutralité dans l'accomplissement  de leur mission, nous pouvons alors dire que la justice a assuré son indépendance, a-t-il encore soutenu. Le président du Front de l'Algérie nouvelle, agréé récemment, M. Benabdeslam Djamel, a indiqué que l'installation de la commission de supervision des élections législatives est une première démarche qui doit être suivie par d'autres afin de consacrer la supervision judiciaire après l'amendement de la Constitution.
Le peuple algérien s'est abstenu de voter dès lors qu'il a constaté que ce processus était entaché de fraude, a estimé M. Benabdeslam, soulignant la nécessité de rétablir la pleine souveraineté des électeurs et de bannir la  fraude. Mme Chelabia Mahdjoubi, présidente du Mouvement pour la jeunesse et la démocratie, a considéré pour sa part que l'installation de la commission de supervision des élections législatives dénotait un acte de renouveau et de changement positif. Elle a émis le vœu que la commission soit à la hauteur de la responsabilité dont elle est investie pour sortir l'Algérie du tunnel, garantir des élections transparentes et mettre en place un parlement crédible.
 Wassila Benhamed
Fuente: El Moudjahid

wshrw.org » Noticias

Archivo del blog